top of page

Oeuvre en cours : on prend des nouvelles de Collation

Le groupe Louperivois Collation sortait son premier album éponyme en mars dernier. Depuis, leur rock alternatif aux accents shoegaze, grunge et dream pop n’a pas manqué de faire vibrer plusieurs salles de spectacle et stations de radio. On s’est assis avec eux pour prendre des nouvelles et leur poser quelques questions sur ce qu’ils mijotent.



Ça fait un peu plus de 6 mois que votre album est sorti. Avec ce petit recul, comment a été la réponse suite à la sortie?


Je pense qu'on a tous été très agréablement surpris. On est un band indépendant, donc on n'a pas injecté plein d'argent dans le marketing. Même s’il n’y a peut-être pas autant de monde qu'on aurait voulu qui ont écouté l'album, ceux qui l'ont entendu nous ont vraiment donné un retour positif. Surtout quand l'album est tombé dans les bonnes oreilles, par exemple, Nicolas Ouellet à la Première Chaîne qui a accrochée sur Coup d’épée et qui l’a fait passer à son émission Nouveau son. C’était vraiment frais d’être son gros coup de coeur.


Il y a aussi d’autres radio comme CKRL à Québec ou CISM à Montréal qui ont pas mal accroché. On ne s'attendait vraiment pas à ça mais Coup d'épée est monté top 6 à CISM! Et en dehors du Québec, on a travaillé avec une équipe qui s'appelle Maison Rouge qui ont fait jouer deux trois chansons dans les radios en France. C’est toujours le fun d'avoir l’encouragement de la famille et des amis, mais là d'avoir des gens du milieu, de la radio, dans la rue, ou dans un festival qui nous disent « j’ai écouté ce que vous faites et c'est vraiment cool », bien ça, on s'y attendait pas et c’est vraiment apprécié.


En parlant de festival, comment ça s’est passé de transposer votre album en show live?


Ce printemps, on a loué la salle à la Forge à trois-pistoles pour prendre le temps de trouver notre son et optimiser chaque chanson live. Après, on s'est lancé dans nos shows cet été puis ça a tellement fait la différence. Il y a eu une coupure nette et de show en show on devenait vraiment meilleurs. Ça nous a permis d’explorer les chansons d'une autre façon qu'en studio, où on essaie de garder une forme vraiment constante. Par exemple, avec L’amour au temps des cowboys, on la groove et on la jam beaucoup plus. En studio on trouvait ça redondant mais en show, ça amène quelque chose de différent.


Sinon, au niveau musical, en théorie on est un trio mais sur scène, ça nous prend quelqu'un d'autre. C'est ça qui est le fun avec Mathieu, qui a travaillé notre album et qui nous accompagne sur scène, il ajoute une deuxième couche de guitare et ça fait une différence énorme.


Vous en avez fait plusieurs shows dans la région de Rivière-du-Loup, mais aussi à Montréal, Québec ou même l’Isle-aux-Coudres. Ça fait quoi de sortir de la région pour jouer à de nouveaux publics?


C'est vraiment le fun de sortir de chez nous jouer devant des nouvelles oreilles et voir qu’ils aiment ça. Le nom du band peut laisser place à l'imagination au niveau du genre de musique qu'on fait. De la manière que le show est construit, le côté le plus pop ressort au début. Mais plus on avance, plus le son devient lourd, et plus il y a de murs de son. C'est le fun pour accrocher le nouveau public, ils se disent au début que ça s’écoute bien, et avec la chasons Non futur à la fin, c’est une sacré claque.


Finalement, qu'est-ce qui s'en vient les prochaines semaines?


Niveau création, on est justement rassemblés pour travailler un peu sur des démos pour les ajouter aux sets. On travaille sur des trucs chacun de notre côté et on met ça en commun, on laisse aller notre créativité!


Puis on a 2 shows de lancement, le premier à Rivière-du-loup à la Maison de la culture en double lancement avec Loïc Lafrance, le 25 novembre. Et le 16 décembre, on fait le lancement de l'album à Québec en première partie de Mon doux seigneur au Pantoum. Faudrait aussi vraiment qu’on retourne jouer à Montréal, y aller au moins aux trois mois. C’est notre prochain défi: conquérir la grande ville!



Une rencontre menée et rapportée par Malik Dehbi Talbot




Comments


bottom of page